Bienvenue sur le
Blog de Solenvie

Découvrez les actualités

MOOC Sol et Climat !

Le MOOC sol et climat est bientôt en ligne. Il est temps de s’inscrire ! Tout est expliqué dans le flyer ci dessous.


 
Si vous ne parvenez pas à lire cet e-mail, cliquez ici

agreenium                                                            institut                                                            agronomique                                                            véterinaire et                                                            forestier de                                                            France

 
MOOC Sol & Climat
Lancement le 10 Mai 2021
 

 

Un cours en ligne et gratuit, pour découvrir les enjeux et les processus de stockage du carbone dans les sols et leurs influences sur le climat.
 
Le MOOC est accessible sur FUN-MOOC, en français et en anglais.

Les inscriptions sont ouvertes ! 
 

 
Les sols agricoles et forestiers stockent du carbone ?
Quels impacts sur l’atténuation et l’adaptation au changement climatique ?
 
Le MOOC Sol & Climat vous donnera tous les éléments de réponses !
 

Un MOOC pour enrichir vos compétences
 
Des apports pédagogiques, activités interactives, témoignages, quizz et vidéos, pour tester et développer vos compétences de manière ludique !

Le MOOC s’adresse aux étudiants en agronomie et en écologie, aux professionnels de l’agriculture et à l’ensemble des acteurs des territoires.

Un webinaire dédié au MOOC Sol & Climat
 
La captation du carbone dans les sols :
état de lieux et perspectives

Le 6 avril 2021, de 13h à 14h
 
dans le cadre des Agrowebinaires du mardi organisés par Agreenium et l’Acta
 
Inscrivez-vous au webinaire

 
A vos agendas !
 

 
Démarrage des cours : 10 mai 2021
Durée : 6 semaines
Temps de travail : environ 2h30/semaine
 
 

Boues de station d’épuration : les inquiétudes montent autour du futur décret socle

Le futur décret dit « socle commun des matières fertilisantes et supports de culture » n’est toujours pas finalisé. L’échéance du 1er juillet pour la révision des normes sanitaires et environnementales approche et les professionnels s’inquiètent.

Lire la suite de l’article sur :
https://www.actu-environnement.com/ae/news/boues-station-epuration-decret-socle-commun-matieres-fertilisantes-supports-culture-marois-37354.php4#xtor=ES-6

Table ronde archéopédologie 25-26/11/2021

Suite à une première journée d’étude qui s’est tenue le 6 mars 2019 à Nanterre, une table ronde se déroulera les 25 et 26 novembre 2021 à la MSH-Mondes (campus de Paris Nanterre.) Cette table ronde a pour objectif de faire le point sur les méthodes et les premiers résultats de la caractérisation spatiale et l’évolution dans le temps des sols en relation avec les activités humaines, en intégrant les données archéologiques et paléoenvironnementales.
Plus de détails dans le document ci-dessous.


L’Inrae et Planet A s’associent pour développer un indicateur d’évolution du carbone des sols agricoles

Ce vendredi 9 avril, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) et les participants à l’initiative internationale Planet A dédiée à l’agriculture annoncent s’associer pour développer un premier indicateur mondial d’évolution du stock de carbone dans les sols agricoles. Cet indicateur, appelé Soccrop, s’appuie sur les recherches de l’Inrae. Les premiers résultats à l’échelle française seront dévoilés courant 2021, avant une mise à disposition…

Lire la suite de l’article sur :
https://www.actu-environnement.com/ae/news/inrae-planetA-indicateur-corbone-sols-agricoles-37344.php4#xtor=ES-6

Terres agricoles grignotées : la Normandie veut compenser pour de vrai

En Normandie, l’agriculture occupe 70 % du territoire. Un record ! Mais la région est aussi l’une des plus touchées par l’artificialisation des terres. Pour compenser le grignotage des champs au profit du développement urbain, un Groupement d’intérêt public vient d’être créé en ce printemps 2021.

Lire l’article sur :
https://www.ouest-france.fr/normandie/terres-agricoles-grignotees-la-normandie-veut-compenser-pour-de-vrai-0f9e98de-96fc-11eb-8638-69c56106f3d4

Mensuel de l’Académie d’agriculture de France n°63 – Avril 2021

Mensuel de l’Académie d’agriculture de France n°63 – Avril 2021

Le Mensuel

N°63 – Avril 2021

À LA UNE

L’agroécologie à l’Académie d’agriculture de France  

Un groupe de travail « Agroécologie » s’est constitué au sein de l’Académie en 2017. Il s’agissait de s’interroger sur des voies permettant d’innover et de développer des systèmes de production durables du point de vue économique, social et environnemental et de repenser ainsi l’ensemble des systèmes de production.

Répondre à trois grands défis pour l’agriculture

L’objectif était d’améliorer la santé des consommateurs et de répondre à trois grands défis pour l’agriculture :

  • se situer face au changement climatique en cours et aux incertitudes qui le caractérisent ;
  • résorber l’insécurité alimentaire mondiale dans un contexte de population humaine en croissance. On relève de plus en plus la coexistence dans un même pays de la sous-alimentation des uns et de la malnutrition des autres (carences, excès caloriques), des pertes aux champs et au stockage, des gaspillages alimentaires. Faut-il produire plus ou produire mieux ?
  • maîtriser et réduire les impacts sur la biodiversité, nécessaire à l’agriculture et à l’élevage, dont le déclin contraint les choix agronomiques et qui se trouve au fondement des processus vivants dont dépendent d’autres activités ainsi que le bien-être des humains.

L’agroécologie, une dynamique de transition

Pour le groupe de travail, l’agroécologie fournit un cadre général, une vision du futur de l’agriculture, un ensemble de principes alternatif aux modèles de production dominants aujourd’hui. Ce n’est pas une option de plus à caractériser et labelliser, mais une dynamique pour une transition vers de nouvelles formes d’exercice des activités agricoles, de rapport aux ressources naturelles et aux territoires, au monde vivant et, partant, de nouvelles relations entre les agriculteurs et le reste de la société.

Les débats et échanges au cours d’une séance publique dédiée à ce thème le 30 janvier 2019 ont confirmé que le mouvement international vers l’agroécologie est largement amorcé. Il concerne aussi la France et demande des politiques publiques déterminées, y compris en termes de formation (initiale, continue, professionnelle). L’enjeu est de ne plus se limiter aux seuls objectifs de production, mais considérer des relations diverses, dans des espaces aux attentes diverses.

Des opportunités pour l’agriculture

L’agroécologie représente l’opportunité de rehausser l’importance socio-économique de l’agriculture, créer des emplois, dynamiser les territoires ruraux, recréer du lien entre espaces ruraux et milieux urbains. Les préconisations sont concrètes : réforme du marché foncier, développement de l’agriculture périurbaine, paiements pour services environnementaux, développement de labels de production locale (afin de développer une économie de gamme), aides à la diversification des filières, redéploiement des moyens de la recherche vers des approches plus agronomiques… Elles peuvent être rapidement mises en place.

Ces réflexions initiées à l’Académie d’agriculture sont présentées dans un ouvrage collectif qui vient d’être édité et qui s’inscrit dans la perspective d’une conception française de l’agroécologie dans la dynamique globale de la transformation des agricultures du monde.

 

Bernard Hubert, membre de l’Académie d’agriculture de France

Pour en savoir plus : 
Lire le rapport final du groupe de travail « Agroécologie »
Lire l’article « Déploiement de l’agroécologie : piste de réflexion » de B. Hubert et D. Couvet – Revue AAF N°17 – pages 57 à 64

 

Summary

An « Agroecology » working group was formed within the Academy in 2017. The aim is to develop production systems that are sustainable from an economic, social and environmental point of view. The objective is to improve consumer health and to respond to three major challenges for agriculture:

  • to cope with the ongoing climate change,
  • to reduce global food insecurity in the context of a growing human population,
  • controlling and reducing its impact on biodiversity.

Agroecology is a dynamic for a transition towards new forms of agricultural activity, a new relationship with natural resources and territories, with the living world, and a new relationship between farmers and the rest of society.

The international movement towards agroecology is well underway. In France, it requires determined public policies, including in terms of training. Agroecology represents an opportunity to enhance the socio-economic importance of agriculture, to create jobs, to make rural areas more dynamic and to recreate the link between rural and urban areas.

The « Agroecology » working group has formulated concrete proposals that can be rapidly implemented. All these reflections make up a French conception of agroecology presented in a collective work that has just been published.

LES PRÉCÉDENTES SÉANCES DE L’ACADÉMIE

Vous pouvez voir tous les enregistrements des séances sur sa chaîne youtube. Abonnez-vous.

« Conséquences de la crise Covid-19 sur la communication collective des filières agroalimentaires »  

3 mars 2021

En l’absence du Salon de l’agriculture, cette séance a été consacrée à la communication collective.

Sébastien Prin, directeur de la Fédération du Crédit Mutuel agricole et rural, est intervenu sur les métiers de l’agriculture et a illustré ses propos par des vidéos issues du concours « Je filme le métier qui me plaît ».

Guillaume Lefort, président d’Agridemain, agriculteur en Seine-et-Marne, a ensuite présenté l’organisation mise en place pour poursuivre le dialogue entre urbains et ruraux.

Nicolas Sarthou, vice-président des Jeunes Agriculteurs, producteur de maïs dans les Pyrénées-Atlantiques et Rémi Dumas, secrétaire général adjoint, viticulteur dans l’Hérault, ont développé les actions de communication menées par les Jeunes Agriculteurs. Badreddine Samy El Maroudi, chargé du mécénat et des partenariats du Fonds de dotation Terres innovantes, a également apporté son témoignage.

Dans sa conclusion, Anne Dumonnet-Leca, présidente du Syndicat des rédacteurs de la Presse Agricole (Syrpa), a réaffirmé l’importance du partage, du lien, des interactions, de l’action collective et de l’humain. Ainsi, la communication est essentielle car c’est la ressource de mettre en commun.

 

Pour revoir la séance :
La communication collective des filières agroalimentaires

Anna Samoyloya -                                            Unsplash

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

« Produire de nouvelles cartes pour l’expertise »

10 mars 2021

Cette séance a proposé une réflexion sur le renouvellement des méthodes d’analyse de la dynamique de longue durée dans des milieux géographiques, pour enrichir l’expertise.

Les nouvelles cartes renforcent l’aide à la décision pour les politiques d’urbanisation, les plans de prévention des risques, les études sur les milieux humides, les politiques forestières, agronomiques, les aménagements fonciers, les politiques d’habitat, de tourisme, l’agriculture de précision… 

Pour revoir la séance :
Produire de nouvelles cartes pour l’expertise

« Les Living Labs, une nouvelle forme d’innovation »

17 mars 2021

Un Living Lab ou « laboratoire vivant » est une méthode innovante qui rassemble citoyens, habitants et usagers. Cette séance de l’Académie a explicité ce concept avec la présentation de cas concrets. Un living Lab est un exemple de démocratie participative sur un ancrage territorial. Il donne aux différents acteurs le pouvoir d’agir, offre une meilleure cohésion sociale et permet d’ouvrir le champ des possibles. 

Pour revoir la séance : 
Les Living Labs, une nouvelle forme d’innovation

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

« L’aridoculture »

24 mars 2021

Les zones arides représentent 30% des terres émergées et accueillent plus de 2 milliards de personnes, dont 90% dans des pays en développement. En 50 ans, les surfaces cultivées par habitant ont diminué de moitié et l’augmentation de la démographie en Afrique de l’Ouest est vertigineuse.

 Toutefois, les hommes ont appris à cultiver en zones arides en gérant arbres, engrais et eau. Les changements climatiques vont faire disparaître des terres cultivables et vont en faire apparaître d’autres.

L’agroécologie doit guider la recherche agronomique pour un développement des zones arides et la mobilisation est internationale.  

 

Pour revoir la séance :
L’aridoculture

« Autonomie et protéines pour l’élevage français et européen : quelles perspectives ? » 

31 mars 2021

La dépendance de l’élevage européen au soja américain date de la création du Marché commun agricole. Les fabricants d’aliments du bétail et les éleveurs européens ont importé de plus en plus de soja en provenance des USA, puis du Brésil et de l’Argentine. Ces pays disposent de grandes surfaces parfois acquises par déforestation.

Face aux engagements politiques pris par l’Europe concernant la lutte contre le changement climatique et la déforestation, dans quelles conditions l’élevage français et européen pourrait-il se passer du soja américain ?

 

Pour revoir la séance : 
Autonomie en protéines pour l’élevage français et européen : Quelles perspectives ?

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

« Changement climatique et alimentation »

7 avril 2021

La production alimentaire mondiale représente 25% à 30% des émissions de gaz à effet de serre.

L’objectif de cette séance était de présenter des travaux récents sur l’impact potentiel des changements de régime alimentaire sur l’atténuation du dérèglement climatique.

« Comment faciliter le changement effectif des comportements alimentaires dans le sens d’une plus grande durabilité ? » est donc la question centrale.

Pour revoir la séance :
Changement climatique et alimentation
 

LES PROCHAINES SÉANCES DE L’ACADÉMIE

En raison des mesures de confinement, l’Académie d’agriculture de France a adapté ses séances à la visioconférence.  

Vous pouvez les consulter ici :

L’agenda de l’Académie

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

« Objectif « Zéro Artificialisation Nette » : Quelle agriculture périurbaine ? » 

14 avril 2021

L’objectif du Zéro Artificialisation Nette est de protéger la biodiversité et l’agriculture contre l’étalement urbain.

Cette séance abordera l’organisation agricole aux marges de la ville, les stratégies de production alimentaire et la façon de faire la ville en concertation avec l’agriculture périurbaine. Cette séance examinera ainsi le rôle que le monde agricole peut jouer dans ces objectifs territoriaux.

Pour voir le programme et participer : 
Objectif « Zéro Artificialisation nette »

Quelles conséquences du Brexit pour les secteurs agricole et alimentaire ?  

5 mai 2021

Le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne le 31 décembre 2020. Cependant, les échanges de produits agricoles et alimentaires entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sont très importants.

L’accord de commerce et de coopération de fin 2020 permet des échanges sans quotas ni droits de douane. Mais il induit de nouveaux coûts et formalités concernant les contrôles sanitaires et phytosanitaires de denrées alimentaires et les « règles d’origine ».

D’autre part le Royaume-Uni, qui a toujours été hostile à la PAC, va conduire sa propre politique agricole.

Pour voir le programme et participer : 
Quelles conséquences du Brexit pour les secteurs agricole et agroalimentaire ?

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Semences et Plants : les raisons du succès d’une filière 

12 mai 2021

C’est peu connu mais la France est le leader mondial des exportations de semences de grandes cultures. En 2019-2020, la balance commerciale des semences et plants dépasse le milliard d’euros.

Les raisons de ce succès sont nombreuses : les investissements importants dans la recherche et la création variétale avec 74 entreprises de sélection, 18 000 agriculteurs spécialisés qui multiplient chaque année 6 000 variétés, des conditions pédoclimatiques variées adaptées à la production et à la multiplication de nombreuses espèces potagères et de grandes cultures.

Mais c’est surtout l’organisation collective de la profession semencière autour de la qualité qui est la clé de ce succès.

Pour voir le programme et participer : 
Semence et Plants : les raisons du succès d’une filière

LES AUTRES ACTIVITÉS DE L’ACADÉMIE

Le prix de l’information scientifique

Chaque année, l’Académie d’agriculture de France organise un prix de l’information scientifique à destination du grand public. En 2020, les travaux devaient porter sur les conséquences de la Covid-19 sur l’agriculture, l’alimentation ou l’environnement.

Le jury composé de journalistes et de membres de l’Académie a sélectionné Jade Boches pour son article « Les animaux peuvent-ils nous tuer ? » paru dans la revue « 30 millions d’amis ». Jade Boches est une journaliste de 24 ans, de formation universitaire en biologie et une formation complémentaire en communication scientifique.

« Excellent », « sujet important traité de façon claire et argumentée », « équilibré », « scientifiquement parfait », les éloges n’ont pas manqué !.

Le prix a été remis à l’Académie le 3 mars 2021 avec beaucoup de satisfaction par Monique Eloit, directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé animale.

En savoir plus

LES INITIATIVES DES PARTENAIRES DE L’ACADÉMIE

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Fruits et légumes : quelles évolutions ?  

18 et 19 mars 2021

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a déclaré 2021 « Année internationale des fruits et légumes ». 

Il s’agit de sensibiliser le public au rôle important des fruits et légumes dans la nutrition, la sécurité alimentaire et la santé humaine.

Mais la production des fruits et légumes évolue rapidement avec les transports, les méthodes de conservation et de transformation et les modes de vie. Des journées d’études ont été organisées par l’Académie d’agriculture de France, l’Association pour l’étude de l’histoire de l’agriculture (AEHA) et le Comité d’histoire du ministère de la Transition écologique et solidaire. 

Pour voir la retransmission de ces journées :

Fruits et légumes : quelles évolutions ?

« Forêts : produits et services, quels impacts carbone » 

Un petit déjeuner a été organisé le 25 mars 2021 en visioconférence par l’Association des Amis de l’Académie d’agriculture de France (4AF). Il a été animé par Georges-Henri Florentin et Jean-Yves Henry, membres de l’Académie d’agriculture de France. 

Anna Samoyloya -                                            Unsplash

Ces intervenants ont présenté le « Grand Livre des Arbres et de la Forêt » et l’encyclopédie en ligne « La forêt et le bois en 100 questions » réalisés avec les meilleurs experts.

Ils ont rappelé que le bois est par excellence le matériau renouvelable et biosourcé de la transition écologique. La neutralité carbone en 2050 suppose donc un usage renforcé du bois et des matériaux biosourcés dans le cadre d’une mixité des matériaux.

Le « Plan ambition bois-construction 2030 » a également été présenté. Dix engagements stratégiques portent sur la formation, l’emploi, l’investissement, la recherche et le développement, le développement de l’offre en bois français, l’implantation dans les territoires, la mixité des matériaux, la gestion durable de la forêt, la réduction des coûts et le recyclage du bois en fin de vie.

Voir dans Actualités

 Quelques actualités de nos partenaires

A consulter

Appel à résumés pour le 12e symposium international sur l’agriculture « Agrosym 2021 »  
Du 7 au 10 octobre 2021 à Jahorina (Bosnie-Herzégovine)

Les journées nationales de l’agriculture 
18, 19 et 20 juin 2021 – (Circuits courts, diminution des emballages plastiques, saisonnalité des produits, réduction du gaspillage alimentaire, valorisation du travail des agriculteurs… avec visites de sites de production agricole et de transformation)

Webinaires de L’Association Française des Biotechnologies Végétales (AFBV) 
« Naturel vs Non-Naturel/Génomique vs Modification génétique »

Les Amis de l’Académie d’agriculture de France (4 AF) viennent d’ouvrir leur compte Twitter
Rejoignez les pour suivre leurs actualités : https://twitter.com/4a_france

ANALYSES DE THÈSE ET COMMUNICATIONS DE RECHERCHE DE JEUNES CHERCHEURS

Vous venez de passer votre thèse, manifestez-vous ! Vous pourrez alors candidater pour une médaille d’argent. 

Contactez Anne-Marie Hattenberger (am.hattenberger.alfort@wanadoo.fr)

En savoir plus sur les thèses

Vous voulez écrire une communication de recherche si vos travaux présentent des résultats innovants et originaux.

Vous trouverez les instructions rédactionnelles à respecter sur le site internet de l’Académie.

En savoir plus sur les communications de recherche

Les actualités en matière de thèse

Thèse de Julia Jouan : « Valorisation économique et environnementale des complémentarités culture-élevage à travers la production locale de légumineuses : approche par modélisation dans l’Ouest de la France » 
Thèse analysée par Charles-Henri Moulin, membre de l’Académie d’agriculture de France
Directeur de thèse : Aude Ridier, Professeure, institut Agro-camus Ouest
Co-encadrant : Mathieu Carof, Maître de conférences, Institut Agrocampus Ouest

Thèse de Lucie Dietz : « Dynamique spontanée post-tempête de la végétation forestière en contexte de changement climatique »
Thèse analysée par Meriem Fournier, membre de l’Académie d’agriculture de France
Directeur de thèse : Jean-Claude Gegout, Professeur AgroParisTech, UMR SILVA
Co-directeur de thèse : Catherine Collet, Chargée de recherche INRAE, UMR SILVA

Thèse de Jonathan Lenglet : « Quand la filière sort du bois : les nouvelles dynamiques territoriales des ressources et des proximités au sein du secteur forêt-bois » – Construction de stratégies alternatives dans les massifs des Vosges et du Jura
Thèse analysée par Jacques Sturm, membre de l’Académie d’agriculture de France
Co-direction de la thèse :
– Laurent Simon, professeur des Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Mériem Fournier, IGPEF, directrice du centre de Nancy d’AgroParisTech

Thèse de Clémence Bardaine : « La fabrique des paysages et des savoir-faire agroforestiers dans le Bassin Francilien : acteurs, processus et projets » 
Thèse analysée par Pierre-Marie Tricaud, membre de l’Académie d’agriculture de France
Directeur de thèse : Patrick Moquay, Professeur, Ecole Nationale Supérieure du Paysage (ENSP) Versailles-Marseille, Directeur du Laboratoire de recherche de l’ENSP (LAREP)
Co-directeur de thèse : Roland Vidal, Ingénieur de recherche, Ecole Nationale Supérieure du Paysage (ENSP) Versailles-Marseille

Thèse de Thibaut Preux : « De l’agrandissement des exploitations agricoles à la transformation des paysages de bocage. Analyse comparative des recompositions foncières et paysagères en Normandie » 
Thèse analysée par Monique Poulot, membre de l’Académie d’agriculture de France
Directeur de thèse : Daniel Delahaye, Professeur, Université Caen Normandie
Co-encadrant : Maxime Marie, Maître de conférences, Université Caen Normandie

Thèse de Timothée Cheriere : « Approche fonctionnelle du choix de l’espèce associée au soja et arrangement spatial dans les associations de cultures : impact sur les services obtenus pendant et après la culture »
Thèse analysée par Philippe Leterme, membre de l’Académie d’agriculture de France
Directrice de thèse : Guénaëlle Corre-Hellou, Enseignante chercheure, Ecole supérieure d’agriculture (ESA) Angers

Thèse de Jeanne Perrier : « Quelle gouvernance des eaux pour quelle construction étatique dans les territoires palestiniens ? L’étude des constellations hydropolitiques des eaux douces et usées : entre adaptation, fragmentation et colonialité » 
Thèse analysée par Marie-Claude Maurel, membre de l’Académie d’agriculture de France
Directrice de thèse : Julie Trottier, directrice de recherche CNRS, UMR Acteurs, Ressources et Territoires dans le Développement (ART-Dev)

Thèse de Stéphane Wandriesse : « Le jardin potager au regard des médias dans la France du second XXe siècle » 
Thèse analysée par Nadine Vivier, membre de l’Académie d’agriculture de France
Directeur de thèse : Yves Denéchère, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, directeur du laboratoire Temps-Mondes-Sociétés (TEMOS)

Thèse de Margot Leclère : « Introduire une espèce de diversification dans les systèmes de culture d’un territoire : articuler production de connaissances et conception dans des dispositifs multi-acteurs. Cas de la cameline dans l’Oise »
Thèse analysée par Philippe Gate, membre de l’Académie d’agriculture de France
Directrice de thèse : Marie-Hélène Jeuffroy, Directrice de recherche, INRA (UMR Agronomie)

Thèse de Delphine Poquet : « Comment favoriser le choix des goûters favorables à la santé au sein du binôme mère-enfant ? Effet d’une intervention « nutritionnelle » ou d’une intervention « hédonique » 
Thèse analysée par Véronique Braesco, membre de l’Académie d’agriculture de France
Co-directrice de thèse : Sylvie Issanchou, Directrice-Adjointe, INRA Dijon, Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation (CSGA)
Co-directrice de thèse : Sandrine Monnery-Patris, Chargée de recherche, INRA Dijon, Centre des Sciences du goût et de l’Alimentation (CSGA)

Thèse de Pauline Della Rossa : « Conception collective d’organisations territoriales innovantes pour une évolution coordonnée de systèmes de production agricoles – Cas d’une réduction de la pollution herbicide d’une rivière en Martinique »  
Thèse analysée par Yves Souchon, membre de l’Académie d’agriculture de France
Directrice de thèse : Marianne Le Bail, Professeur AgroParisTech, UMR Science pour l’Action et le Développement, Activité Produit Territoire (DSAD-ADT)
Co-directeur de thèse : Philippe Cattan, Chercheur HDR, CIRAD, UMR pour les Territoires et l’Environnement par la Télédétection et l’Information Spatiale (TETIS)

DIFFUSION DE CONNAISSANCES

LA FORÊT ET LE BOIS EN FRANCE EN 100 QUESTIONS

« La forêt et le bois en 100 questions » est une publication collective, en 10 chapitres, sous forme de fiches, dont les rédacteurs sont des membres de l’Académie ou des experts extérieurs.

Découvrez l’intégralité de ces fiches :

La Forêt et le Bois en France en 100 Questions

L’ENCYCLOPÉDIE

L’encyclopédie présente des fiches techniques synthétiques traitant d’un sujet (Questions sur…) et de fiches pédagogiques basées sur des chiffres (Repères).

Pour en savoir plus :

Consulter le Catalogue de l’Encyclopédie

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

La filière lait de vache en France : les chiffres clés
(Exemple de fiche « Question sur… »)

La France est le deuxième producteur européen de lait après l’Allemagne avec plus de 95% de lait de vache. Cette fiche présente les chiffres clés de la filière qui a profondément évolué : diminution du nombre de vaches laitières (3 590 000) et des élevages laitiers (57 000), augmentation de la surface des exploitations (93 hectares), du nombre moyen de vaches par exploitation (63 vaches), de la production annuelle par exploitation (415 500 litres) …

Ce document présente toutes les données essentielles pour mieux connaître cette filière dont le poids économique représente avec la collecte et la transformation 298 000 emplois.

Par Jean-Pierre Guyonnet et Jean-Paul Jamet, membres de l’Académie d’agriculture de France

Evolution du rendement des vaches laitières en France (1960 – 2020)
(Exemple de fiche « Repères »)

Certains élevages laitiers actuels sont qualifiés « d’usines à lait ». Mais avant les années 1950, le concept de vache laitière n’existait pas. Le cheptel était mixte lait-viande.

Après la seconde guerre mondiale, on a commencé à distinguer un cheptel bovin dit laitier et un cheptel bovin dit allaitant pour la production de viande.

Cette spécialisation de l’élevage laitier a été basée sur la sélection animale et le mode d’alimentation. C’est ainsi que de 1960 à 2020, la production annuelle de lait par vache est passée de 2 000 kg de lait à plus de 7 000 kg.

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

LES ARTICLES

Les articles récents ci-dessous ont été rédigés par ou avec des académiciens. Ils portent essentiellement sur l’actualité ou sur l’histoire de l’agriculture et de l’Académie.

Accédez aux Articles

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Réunion à Rome en mai 2018 du Groupe Inter-académique pour le Développement

Les ambitions internationales de l’Académie

Un opuscule présente les actions menées depuis plusieurs années par le groupe de travail consacré à l’activité internationale de l’Académie.

5 chapitres y sont développés sur :

  • l’action multilatérale avec la participation aux grands événements de l’agenda mondial ;
  • les actions bilatérales avec l’exemple de la mission au Costa Rica en novembre 2019 ;
  • la mobilisation des membres étrangers de l’Académie avec la création d’un premier groupe de travail électronique d’échanges et de réflexions collectives ;
  • la valorisation des travaux académiques par leur traduction en langues étrangères ;
  •  l’organisation de séances internationales.

C’est ainsi que l’Académie d’agriculture de France s’est engagée très activement dans des échanges mondialisés devenus indispensables dans les domaines de l’alimentation, de l’agriculture, de la santé et de l’environnement.

Pour en savoir plus :
Voir Articles au 2 mars 2021

L’avenir de la production laitière française entre stagnation et rebond ?

Dans son article très documenté, Jean-Paul Jamet, membre de l’Académie d’agriculture de France, rappelle que la filière laitière française a de nombreux atouts et qu’elle est originale par sa diversité.

L’amélioration des revenus est essentielle pour les éleveurs et coopératives et distribution doivent y contribuer. Il décrit également tous les moyens à mettre en œuvre (organisation du travail, réduction des astreintes, services extérieurs…) pour renforcer l’attractivité et favoriser la transmission des exploitations.

Pour en savoir plus :
Voir Articles au 1er mars 2021

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Autres articles

Accédez aux autres articles

« Quelle réglementation pour les produits d’édition du génome ? 
par Catherine Regnault-Roger

« Comment développer les Obligations réelles environnementales en France » 
par Guillaume Sainteny

« Qu’est-ce qu’un système alimentaire durable ? »
par Jean-Louis Rastoin

« La BD sous terre aux éditions Dargaud »  
par Marc-André Selosse

« En direct de Washington, des aides superflues »
par Jean-Christophe Debar

« Gens et lieux de la Manche » 
par Nicole Mathieu et Edgar Leblanc

LES OUVRAGES PROPOSÉS PAR L’ACADÉMIE

Vous avez apprécié un ouvrage. Pour qu’il puisse paraître dans ce chapitre, contactez Christine Ledoux (christine.ledoux@academie-agriculture.fr). Les ouvrages présentés sur le site de l’Académie ont été lus très attentivement par un académicien. Vous disposez ainsi d’une analyse qui vous permettra de mieux appréhender son contenu et connaître tout ce qu’il peut vous apporter.

En savoir plus

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Terre et propriété à l’est de l’Europe depuis 1990 – Faisceau de droits, relations de pouvoir

Marie-Claude Maurel, géographe, membre de l’Académie d’agriculture de France, présente dans cet ouvrage la synthèse de ses recherches sur plusieurs décennies dans les campagnes d’Europe centrale et orientale.

Les agricultures de ces pays sont marquées par une expérience de collectivisme agraire, puis, à partir des années 1990, par le retour à l’économie de marché et à la propriété privée.

Ces situations expliquent les difficultés de la mise en œuvre de la Politique agricole commune, basée sur un modèle d’exploitation familiale modernisée et productive, très peu représenté en Europe de l’Est, aux exceptions de la Pologne et de la Lituanie.

Cet ouvrage très bien écrit et de lecture aisée peut être un ouvrage de référence par ses analyses très fouillées de tout un ensemble de pays européens.

L’élevage pour l’agroécologie et une alimentation durable

La première partie de cet ouvrage collectif développe les grands débats actuels : le bien-être animal, l’abattage des animaux, les crises sanitaires animales, l’impact de l’élevage sur le changement climatique…

Mais l’agroécologie est-elle applicable à l’élevage ? Plusieurs auteurs détaillent comment mobiliser les concepts de l’écologie dans des élevages variés, y compris l’aquaculture.

Cet ouvrage aborde également les produits de synthèse qui pourraient remplacer les produits animaux, et les tendances actuelles de la consommation de viande. Si les produits animaux contribuent à notre équilibre alimentaire, l’élevage doit s’inscrire dans la transition écologique pour une alimentation durable.

Très accessible, cet ouvrage s’adresse à un large public concerné par les réponses de l’agriculture et de l’élevage aux questions de société.

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Evolution agrotechnique contemporaine : animal et technique – Tome III

Cet ouvrage porte sur les mutations que vit l’univers de l’élevage. Il est issu d’experts pluridisciplinaires : agriculteurs-éleveurs, formateurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs de recherche, industriels…

Il débute par une réflexion approfondie sur la domestication, reliée à la « naturalité » et au « bien-être » animal. Les nombreuses applications du numérique dans les élevages y sont développées, ainsi que des exemples divers : la ferme des « 1000 vaches » tant décriée, les élevages innovants (insectes à usage alimentaire, pisciculture en aquaponie, lombriculture…

Ce document présente des approches multiples, socio-économiques, écologiques, technologiques… pour appréhender les sens des évolutions « sous-tensions » de l’élevage et d’en saisir les enjeux. C’est un ouvrage pédagogique tourné vers l’avenir.

L’immunité des plantes 
pour des cultures résistantes aux maladies

Cet ouvrage collectif est composé de 5 grands chapitres sur :

  • l’immunité des plantes pour résister à leurs bioagresseurs ;
  • la coévolution entre bioagresseurs et hôtes ;
  • la gestion dans l’espace et le temps des résistances génétiques aux maladies ;
  • l’acceptabilité vis-à-vis des variétés résistantes ;
  • la présentation des connaissances accumulées par les équipes complémentaires de chercheurs.

C’est un livre riche de contenus de disciplines multiples, comprenant également une table des matières détaillée, un index des termes spécialisés, une bibliographie générale de 37 pages présentant 600 citations. L’objectif est ainsi de rassembler toutes les connaissances actuelles pour accroître la résistance des cultures aux maladies.

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Anna Samoyloya -                                              Unsplash

Le Grand livre des arbres et de la forêt

Dans ce livre, les meilleurs experts apportent les éléments nécessaires pour comprendre la complexité des questions liées à la forêt.

Comment concilier le maintien de la biodiversité et des écosystèmes forestiers avec la production de bois et le tourisme ? A qui appartient la forêt et comment doit-on la gérer de manière durable ? Les « labels verts » de certification vont-ils se développer ?

Comment surtout favoriser cette source de matériaux et d’énergie renouvelables à faible empreinte carbone à l’heure du changement climatique ?

C’est tout l’univers des forêts et du bois qui se révèle dans cet ouvrage qui résulte d’un important travail collectif de membres de l’Académie d’agriculture de France.

La transition agroécologique – quelles perspectives en France et ailleurs dans le monde ?

La transition agroécologique doit aider à faire face au changement climatique et à l’érosion de la biodiversité. Elle doit également répondre aux attentes des consommateurs pour une alimentation saine et diversifiée.

Depuis 2017, une quarantaine de membres de l’Académie d’agriculture de France ont entamé une réflexion sur l’agroécologie et la résilience des agrosystèmes (Voir « A la Une » sur l’agroécologie à l’Académie d’agriculture de France), à la base de cet ouvrage en deux tomes.

L’ensemble de cet ouvrage est composé de cinq parties :

  1. l’agroécologie dans les systèmes agricoles depuis le début du XXe siècle, les dynamiques en cours dans différents continents (Europe, Amérique du Nord et du Sud, Asie du Sud, Afrique sub-saharienne) ainsi que dans les institutions internationales.
  2. Les dynamiques politiques et scientifiques qui ont débouché sur l’émergence des concepts liés à la transition agroécologique.
  3. Une nouvelle analyse des relations filières-territoires, la place de l’élevage dans les systèmes intensifs, les connaissances sur les écosystèmes, les interactions entre les plantes et les organismes du sol…
  4. La transition écologique et les acteurs du système agroalimentaire.
  5. La transition agroécologique, une démarche d’innovation dans l’agronomie, l’action collective, la prise en compte de la diversité des solutions, les relations avec la nature…

L’ensemble de cet ouvrage s’adresse aux enseignants, aux étudiants, aux agents de développement, ainsi qu’aux professionnels et aux décideurs politiques chargés de la mise en œuvre de la transition agroécologique.

Pour en savoir plus sur l’ouvrage sur La transition agroécologique

Anna Samoyloya -                                            Unsplash
Anna Samoyloya -                                            Unsplash

EN DÉBAT

Quelle réglementation pour les produits d’édition du génome ?

Les nouvelles techniques d’édition du génome sont multiples et concernent la santé humaine, animale et végétale. De nombreux pays accueillent avec intérêt ces nouvelles technologies ciblées. Dans un article paru dans la revue Phytoma en mars 2021, Catherine Regnault-Roger fait le point sur les différentes situations réglementaires dans le monde. Elle détaille les termes et les différentes phases du débat en Europe sur la réglementation de ces nouvelles biotechnologies qui va conditionner l’avenir de la recherche et de la création variétale. Catherine Regnault-Roger rappelle que l’Union européenne des académies d’agriculture (UEAA) vient de s’inquiéter en novembre 2020 que 80% des brevets déposés sur les applications Crispr-Cas soient américains ou chinois et moins de 10% européens. 

En savoir plus

Les nouvelles techniques de sélection végétale en 2021 : avantages, limites, acceptabilité ?

En France, à la demande de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, une audience publique a eu lieu sous forme de tables rondes le 18 mars 2021 à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

Plusieurs membres de l’Académie d’agriculture de France ont été auditionnés dont François Desprez, président de SEMAE, interprofession des semences et plants, Denis Couvet, président de la fondation pour la recherche sur la biodiversité et Jean-Yves Le Déaut, ancien président de l’OPECST et co-rapporteur du rapport sur l’édition du génome.

Auditions à l’OPECST sur les NBT le 18 mars 2021

LES SERVICES DE L’ACADÉMIE

Le fonds documentaire de l’Académie

PRÉSENTATION DU FONDS

La location des salles historiques de l’Académie

Situées au cœur de Paris, 18, rue de Bellechasse – 7ème arrondissement, ces salles peuvent être réservées pour des réunions.

Pour ce faire, deux possibilités :

Sources photographiques : 

Bernard Hubert, Appaloosa – la communication agricole, Prigent-associés, AlesRosa-ARC, Académie d’agriculture, abservices-courtage-bio, futura sciences-photobank, CA ECO, Brexit radio classique, Gnis, Académie d’agriculture, Année internationale fruits et légumes, Association 4AF, Le Paysan breton, Collège Saint Joseph, Groupe interacadémique, UFA, Presses universitaires de Franche-Comté, Editions France Agricole, Univers de technologie de Belfort-Montbéliard, Editions Quae, Editions Odile Jacob, Presses des Mines 

Le MENSUEL est une publication de l’Académie d’agriculture de France

Directeur de la publication : Constant Lecoeur
Rédacteur en chef : Christian Saber
Comité de lecture : Catherine Aubertin, Jean-Louis Bernard, Jacques Brulhet, Michel Candau, Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader, Anne-Marie Hattenberger, Constant Lecoeur, Jean-Claude Pernollet, Nadine Vivier, Guy Waksman

Pour nous écrire : contact@academie-agriculture.fr

 

Vous appréciez ce Mensuel ?
Faites-le savoir autour de vous et incitez vos interlocuteurs à s’y abonner gratuitement, sur notre site Internet !

L’Académie d’agriculture de France respecte le nouveau Règlement général européen sur la protection des données (RGPD). Continuer à recevoir ce Mensuel signifie que vous acceptez « en toute connaissance de cause » de continuer à figurer sur sa liste de diffusion.

Si vous ne souhaitez plus figurer sur cette liste de diffusion, nous vous prions d’utiliser le lien proposé par notre diffuseur MAILJET (ci-dessous) pour vous désabonner de tous nos envois en nombre.

Pour suivre toute notre actualité : www.academie-agriculture.fr

Agrowebinaire du mardi 6 avril : « L’augmentation du carbone dans les sols : état des lieux et perspectives »

de 13h à 14h

Les agrowebinaires du mardi de 13h à 14h 

« L’augmentation du carbone dans les sols : état des lieux et perspectives »

 
Mardi 6 avril 2021
 

 
Dans le contexte actuel de changement climatique, la séquestration et le maintien des stocks de carbone dans les sols agricoles et forestiers apparaît comme un enjeu majeur. Face à cela un cadre politique s’est mis en place avec des orientations internationales et européennes déclinées en politiques nationales, la plus connue étant l’initiative internationale « 4 p 1000 sur les sols pour la sécurité alimentaire et le climat » lancée lors de la COP21 en 2015.
 
Cependant les leviers d’action ne sont pas toujours bien connus des acteurs du terrain devant la complexité des processus en jeu. Des outils d’aide à la décision, ainsi que des stratégies agronomiques et forestières ont été développés et testés sur le terrain et seront présentés dans ce webinaire dans différents contextes (France et international).
 
Ce webinaire sera également l’occasion de présenter le MOOC Sol et Climat, qui sera joué sur FUN-MOOC à partir du 10 mai.
 

 
Intervenants :
 
Claire CHENU, AgroParisTech et INRAE, Thomas EGLIN, ADEME et Tiphaine CHEVALLIER, IRD.
 
Animation :
 
Philippe PRÉVOST, chargé des coopérations numériques à Agreenium.
 

Urbanisation : pourquoi la connaissance de l’état des sols est essentielle

Septembre 2020 : le gouvernement français présente son plan « France-Relance » pour faire face à la crise économique provoquée par la Covid-19.

Le volet « écologie » du plan prévoit un fond de 300 M€ dédié au recyclage des friches. Une telle décision réaffirme la volonté croissante des autorités de mieux préserver les zones rurales de l’urbanisation, en construisant la ville « sur elle-même » et en favorisant la restauration de friches auparavant abandonnées.

En mars 2014, certaines dispositions de la loi ALUR (Accès au logement et à un urbanisme rénové) avaient déjà exprimé cette nécessité. À cette date en effet, près de 80 % de la population française était citadine. Notre pays doit ainsi faire face au phénomène de l’artificialisation des sols et à la perte de terres fertiles, conséquences de l’expansion des villes.

Reste que la qualité chimique des sols est souvent mal connue, tout particulièrement dans les zones urbaines. Au cours de leur histoire, les villes accueillent en effet de multiples activités artisanales et industrielles. Leurs sols sont soumis au dépôt d’émissions atmosphériques diverses : rejets des usines, trafic routier, chauffages collectifs et individuels… De plus, il s’agit souvent de remblais parfois constitués de matériaux préoccupants du point de vue environnemental.

Agrowebinaire du mardi 23 février

Un agrowebinaire acta-agreenium sera organisé mardi prochain de 13 à 14h sur le thème « Application du Deep learning pour la reconnaissance d’images et cas d’usages en agriculture ».

Les agrowebinaires du mardi de 13h à 14h 

« Application du Deep learning pour la reconnaissance d’images et cas d’usages en agriculture »

 

Mardi 23 février 2021

 

 

Reconnaissance des plantes ou des organes des végétaux, détection de maladies des cultures, suivi des rendements des parcelles agricoles ou des forêts, … de nouveaux outils et méthodes du domaine de l’Intelligence Artificielle basés sur l’analyse d’images sont aujourd’hui proposés pour progresser sur ces problématiques. A l’instar de ce que l’on voit se développer dans de très nombreux secteurs, le Deep Learning, ou apprentissage profond, basé sur l’utilisation « avancée » de réseaux de neurones artificiels est porteur de très grandes promesses pour l’agriculture.

 

De quoi s’agit-il ? Comment ces méthodes sont-elles enseignées aujourd’hui dans les écoles d’agronomie ? Quels sont le potentiel et les limites de ces technologies ? Comment la recherche a-t-elle fait germer des jeunes pousses participatives ou commerciales en rendant l’analyse d’image « intelligente » et accessible ?

 

 

 

Intervenants :

 

Pierre BONNET, CIRAD ; Alexis COMAR, HIPHEN ; Lionel BOMBRUN, Bordeaux Sciences Agro.

 

Animation :

 

Mehdi SINÉ, Directeur Scientifique, Technique et Numérique, Acta-les instituts techniques agricoles.

 

Webinaires AFBV

L’AFBV propose deux webinaires :
  • 10 Mars 2021 Le microbiote associé aux plantes : sa diversité, ses interactions et l’importance de ses relations avec les différents végétaux,Christophe Moujel, INRAE
  • 23 Mars 2021 Les pistes de contrôle et d’amélioration des interactions plante/microbiote, y compris par modification génétique (au sens large) de la plante Yvan MOËNNE-LOCCOZ, Professeur Université Lyon 1
L’inscription est gratuite mais obligatoire pour chaque session :
https://www.biotechnologies-vegetales.com/les-webinaires-afbv-2021/

15èmes Journées d’Étude des Sols, JES-2021

L’AFES et les collègues du comité local de Montpellier sont heureux de vous annoncer que 

les Journées d’Étude des Sols, JES-2021, auront lieu par voie électronique du 21 au 25 juin.

Initiées en 1989 par l’Association Française pour l’Etude des Sols, les Journées d’Étude des Sols (JES) ont pour but de rassembler tous les francophones s’intéressant aux sols pour exposer mais aussi pour discuter de leurs travaux.
Comme il ne vous a pas échappé que les conditions de réalisation en 2020 n’étaient pas réunies, sur proposition d’un comité local composé de chercheurs montpelliérains et du CA de l’AFES il a été décidé de s’investir pour la réalisation des 15èmes Journées sous une forme un peu particulière cette année. 

Le format et les thèmes des Journées, les instructions pour la soumission des communications, le montant de l’inscription, vous seront communiqués prochainement.

Inscription Journée Technique COMIFER_Les Matières Organiques dans les sols agricoles_7 avril 2021_Distanciel

 

En Distanciel

Mercredi 7 avril 2021

9h00 – 17h30

17 interventions

  • Améliorez vos connaissances sur les « Matières Organiques dans les Sols agricoles » : leur nature, rôle et fonctions
    dans le fonctionnement des sols et du système sol-plante – Comment réaliser un diagnostic et comment l’interpréter ?
  • Découvrez les leviers agronomiques pour gérer les Matières Organiques dans différents systèmes de culture (impact du
    travail du sol, des couverts végétaux, des produits organiques …)

Voir le Programme 

Participation payante sur inscription 

Le Bassin Adour Garonne doit s’attaquer aux pollutions diffuses et améliorer sa gestion quantitative de l’eau

L’état des lieux du bassin Adour Garonne montre que le bon état demandé par la Directive cadre sur l’eau ne sera pas atteignable partout. Parmi les obstacles les plus importants : les pollutions diffuses et la gestion quantitative de la ressource.

L’Inrae publie un nouveau modèle d’évaluation du carbone piégé dans les sols

Des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inrae), de l’Université de Lorraine et d’AgroParisTech annoncent avoir développé un modèle mathématique innovant permettant de mieux comprendre le cycle de la matière organique. Ce modèle, baptisé C-Stability, s’appuie sur les dernières avancées scientifiques et fait l’objet d’un article scientifique publié le 5 février dans Nature Communication.

Article dans Le journal du CNRS : sur les pollutions diffuses des sols et sédiments

A Nantes, une étude inédite sur la pollution des sols

Les scientifiques du programme Pollusols* ont travaillé durant cinq années sur les pollutions diffuses causées par les métaux (cuivre, plomb…), les radioéléments (uranium, tritium) ou encore les pesticides – des polluants que l’on retrouve pour certains jusque dans l’estuaire de la Loire. Un enjeu majeur alors que les grandes métropoles lorgnent les friches industrielles et agricoles pour s’agrandir.

Lire l’article sur :
https://lejournal.cnrs.fr/articles/a-nantes-une-etude-inedite-sur-la-pollution-des-sols

Agrowebinaire du mardi 9 février : « Technologies du numérique et préservation des sols »

de 13h à 14h

Les agrowebinaires du mardi de 13h à 14h 

« Technologies du numérique et préservation des sols »

Mardi 9 février 2021
 

 
L’essor de l’agroécologie nécessite des moyens de quantification des changements qu’elle induit, en particulier sur les sols. Les variabilités spatiales et temporelles des propriétés physiques des sols peuvent être importantes au sein des parcelles agricoles, rendant difficile la valorisation des expérimentations conduites pour promouvoir des pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement.
C’est dans ce cadre que l’INRAE mène des travaux de recherche portant sur le développement de dispositifs et de méthodes d’évaluation des impacts des pratiques agricoles sur les sols et ayant un double objectif :
 
  • permettre à la recherche d’acquérir des références sur les pratiques actuelles, de pouvoir les comparer entre-elles, de comprendre les processus en jeu et les modifications induites par des changements de pratiques,
  • fournir aux agriculteurs la possibilité de recueillir des données sur leurs sols lors des opérations culturales afin d’alimenter des outils d’aide à la décision pour optimiser leurs pratiques.

Le webinaire propose d’illustrer ces travaux avec les résultats obtenus en matière de compaction des sols.

 

 
Intervenants :
 
Myriam CHANET, INRAE ; Vincent TOMIS, Agrotransfert ; Benjamin NOWAK, Toulouse INP-ENSAT.
 
Animation :
 
Philippe PRÉVOST, chargé des coopérations numériques à Agreenium.